Comment ne rien manquer?

Pourquoi développer notre intelligence émotionnelle?

Pour nous sentir mieux, pour mieux gérer nos émotions, pour mieux communiquer avec les autres, pour vivre mieux.

Les défis s'adressent aux adultes et aux enfants.

A droite des défis : lien pour la page Facebook et possibilité de vous inscrire à la newsletter.


dimanche 10 septembre 2017

Défi 71 : Offrir un véritable sourire


Et si, ce soir et demain, vous offriez vos plus jolis sourires ?
Des sourires offerts avec la bouche, les yeux, le visage et même avec votre corps (corps tourné vers l'autre).
De véritables sourires qui viennent du plus profond de nous-même, un sourire empreint de bienveillance.

Que se passe-t-il ? Vos interlocuteurs ne semblent-ils pas plus apaisés ? Et vous-même ?
Un sourire généreux a un formidable pouvoir d'apaisement, pour soi et pour les autres.
N'hésitez plus : testez. ☺

vendredi 11 août 2017

Défi 70 : Garder le contact avec son enfant intérieur


Maintenant que nous avons établi le contact avec notre enfant intérieur, tâchons de ne plus le perdre.

Lorsque nous remarquons un beau paysage, admirons-le avec lui.
Lorsque nous nous extasions sur quelque chose, extasions-nous avec lui.
Lorsque nous le sentons triste une fois encore, écoutons-le.

Et si nous lui écrivions une lettre ? Un petit mot pour lui dire combien nous regrettons qu'il n'ait pas été pris en compte davantage ? Si nous lui proposions d'avancer à présent main dans la main

Lorsque vous vous serez reconnecté(e) à votre enfant intérieur, il ne fera plus qu'un avec vous, vous pourriez bien vous sentir enfin "entier".

Retrouvez ici la présentation des défis Empathie et les 20 défis à réaliser.

jeudi 10 août 2017

Défi 69 : Prendre soin de son enfant intérieur



Chacun de nous a été un enfant, un enfant dont les souffrances ont été plus ou moins ignorées, voire niées.
Cet enfant là est toujours caché au fond de nous, c'est lui qui conditionne certaines de nos réactions, lui qui crie parfois à l'injustice ou dont la blessure passée est réactivée.

Dans ce billet, j'évoquais la colère que nous ressentions et qui était parfois celle de l'enfant d'autrefois. Ce n'est cependant pas le seul sentiment qu'on peut ressentir et qui est celui de l'enfant d'autrefois, on parle ainsi de "rire ou de pleurer comme un enfant", peut-être aussi parce que nous ne sommes pas un, mais composés d'un être adulte, d'un adolescent, d'un enfant et d'un bébé. Chaque étape de notre vie reste gravée.

Aussi aujourd'hui je vous propose d'entrer en empathie avec votre enfant intérieur : prenez le temps d'écouter ce qu'il a à vous dire. Si vous le souhaitez, allez jusqu'à vous déguiser ou bien changez de voix.
Prenez votre main gauche dans votre main droite (ou inversement si vous êtes gaucher), tenez la main de votre enfant intérieur, dites-lui que vous êtes là pour lui, que vous l'écoutez, que vous l'entendez.
Regardez-vous dans le miroir, voyez vos yeux d'enfant, souriez-vous avec bienveillance, parlez-vous.
Ensuite, si vous en sentez le besoin, vous pouvez vous prendre dans vos bras.
Dorlotons notre enfant intérieur.

Retrouvez ici la présentation des défis Empathie et les 20 défis à réaliser.

mercredi 9 août 2017

Défi 68 : Empathie ou manipulation ?


Ce défi peut être une continuité du défi d'hier.
En effet, parfois, sans savoir pourquoi, on se sent mal à l'aise ou bien il nous semble que quelque chose ne cadre pas avec le discours affiché. Parfois, c'est simplement une question de "zone cachée-jardin secret", parfois une question de "zone inconnue de notre interlocuteur et de nous". Parfois, ça s'arrête là et l'échange mérite d'être poursuivi.

Parfois, pourtant, nos raisons de nous sentir mal à l'aise sont fondées.
En effet, certains cherchent à utiliser la compassion qu'on peut ressentir pour eux, ils peuvent chercher à utiliser nos failles, nos points de souffrance pour mimer une expérience parallèle. Les pervers narcissiques sont particulièrement bons à ce jeu là, mais ils ne sont pas les seuls, certains y jouent aussi pour parvenir à leur fin.

Alors aujourd'hui, je vous propose un petit défi : réfléchissez à un moment, une situation où vous avez eu ce sentiment de malaise.
Pour la suite de ce défi, n'hésitez pas à noter vos réponses si cela vous aide. 
Essayez ensuite de vous souvenir des petits mots ou gestes qui vous ont donné cette sensation de malaise.
Y a-t-il eu des mots contradictoires?
Le malaise a-t-il grandi au fil de la discussion ?
Si la personne a prétendu avoir une expérience similaire, y a-t-il eu des indications semblant montrer qu'elle n'avait en réalité pas vécu une telle expérience ?
Si la personne a prétendu être bienveillante, avez-vous constaté de petits gestes fréquents manquant de bienveillance ?
Quels sont les détails qui auraient pu vous indiquer qu'il s'agissait d'une empathie manipulatoire ?
Y avait-il un regard fixe ? un tic nerveux ? des mots répétitifs particulièrement bien placés comme pour mieux convaincre ?

Retrouvez ici la présentation des défis Empathie et les 20 défis à réaliser.

mardi 8 août 2017

Défi 67 : Fenêtre de Johari : empathie


La fenêtre de Johari est une méthode de représentation de la communication mise au point en 1955 par Joseph Luft et Harrington Ingham.
Elle précise que, pour toute communication, il existe 4 zones :
  • Une zone publique : c'est ce que chacun sait ou peut connaitre : métier, nom, activités, etc.
  • Une zone aveugle : il s'agit de l'image que les autres ont de nous, de ce que nous dégageons.
  • Une zone cachée : il s'agit de notre jardin secret, de ce que nous gardons pour nous. 
  • Une zone inconnue : besoins, potentiels encore inconnus de nous et des autres.
Connaître l'existence de ces différentes zones permet à la fois de prendre conscience que l'autre ne me perçoit pas tout à fait comme je me perçois ; mais également de prendre conscience que je peux réagir en fonction de la zone aveugle de mon interlocuteur, zone qui ne correspond pas nécessairement au moi profond de la personne en face de moi.

Il est également possible que la zone cachée de mon interlocuteur conditionne certains de mes ressentis, comme nous l'avons vu dans les défis précédents (tristesse et colère), mais également parce que le message transmis oralement est différent de ce que je perçois. Alors, je ressens de l'irritation. Cette irritation ne signifie pas nécessairement que la personne est à fuir, mais que sa zone cachée ou inconnue ne correspond pas exactement à la zone publique.

On peut alors observer un peu plus les signaux envoyés par cette personne et tâcher de se recentrer sur ses propres ressentis : le message est-il trop contradictoire ? Est-ce au détriment de cette personne? 

Retrouvez ici la présentation des défis Empathie et les 20 défis à réaliser.

lundi 7 août 2017

Défi 66 : Enthousiasme communicatif






L'enthousiasme communicatif, c'est généralement quelque chose de très positif.
Les rires, l'énergie autour de nous, nous emportent et nous passons généralement un très bon moment.

Il arrive pourtant qu'on se sente à la fois enthousiaste et mal à l'aise... C'est à ce moment là qu'il peut être utile d'appuyer sur le bouton pause.
Est-on réellement enthousiaste ? A-t-on envie de suivre le mouvement ou bien cela va-t-il à l'encontre de nos envies, de ce que nous souhaitons, de ce que nous pensons vraiment, voire même de nos valeurs ?

Une fois encore, éloignons-nous quelques minutes des plus enthousiastes. Essayons de plonger en nous-mêmes : avons-nous envie d'être gagné(e) par cet enthousiasme ou bien allons-nous le regretter?

Retrouvez ici la présentation des défis Empathie et les 20 défis à réaliser.

dimanche 6 août 2017

Défi 65 : Peur empathique


Hier, nous évoquions la tristesse empathique, aujourd'hui nous allons évoquer la peur !
Cette peur est soudaine ou progressive, mais vous n'en comprenez pas l'origine. Vous vous sentez angoissé(e), effrayé(e) sans raison apparente.
Observez les personnes autour de vous : l'une d'elles semble-t-elle sur le qui vive, semble-t-elle effrayée ?
Eloignez-vous, vous sentez-vous un peu mieux ?
Si vous la connaissez bien, vous pouvez lui demander si elle souhaite parler de ce qui l'angoisse. En apaisant sa propre angoisse (il suffit parfois d'en parler pour se sentir déjà mieux) ou tout au moins en réalisant qu'il ne s'agit pas de votre peur, vous vous sentirez déjà mieux.

 Retrouvez ici la présentation des défis Empathie et les 20 défis à réaliser.